ESSAI: Zero Motorcycles SR 2017

ESSAI: Zero Motorcycles SR 2017

mai 24, 2017 1 Par admin

ESSAI : Zero Motorcycles RS

Une moto électrique pour l’amateur de performances ?

Par: Marc-André Quessy / Éditeur en chef
Motocycliste.net / Quadiste.net
redaction@quadiste.net

Si quelqu’un m’avait dit un jour que j’essaierais un jour une moto électrique et qu’elle aurait plus d’autonomie que la voiturette électrique de mes enfants, je lui aurais certainement ri en pleine figure ! Avançons maintenant dans le temps a aujourd’hui et les piles Lithium Ion modernes de dernières générations et nous avons une recette viable. La venue de Tesla dans le domaine automobile en est certainement pour quelque chose puisque maintenant des milliers de Tesla sillonnent les routes en Amérique du Nord avec une autonomie de plus de 600 km avec toutes les options de confort et de connectivité dernier cri activées à leur bord. Impressionnant n’est-ce pas ?

Lorsque j’ai passé faire un tour chez Quapro, un concessionnaire multimarque dans la région de St-Jérôme dans les Basses-Laurentides ce printemps, j’ai vu quelque chose de nouveau dans la salle d’exposition : Des motos électriques ! C’est avec un petit sourire en coin que j’ai demandé des informations a Danik, le grand patron de la succursale, au sujet de ces « bébelles » a batterie.

Danik me répondit simplement : je pourrais t’en parler pendant deux heures, tu ne comprendras pas avant d’avoir essayé ça Marc. Et ce n’est que quelques semaines plus tard, quand les conditions météo étaient favorables que j’ai pu enfourcher la trottinette a batterie. Marc-Olivier, le directeur des ventes que je connais depuis longtemps avait le sourire fendu jusqu’aux oreilles quand il m’a remis les clés et demandé de débuter mon essai en mode économie d’énergie. Boaf, d’accord je lui ai répondu.

À première vue eh Ben, c’est une moto hein ! Un style « naked bike » si populaire présentement. L’esthétique est pas mal réussie et pas trop « chargée » (lol !) J’aime bien la ligne un peu agressive un tantinet penchée vers l’avant. La seule chose qui me saute aux yeux c’est l’espace normalement réservé a un moteur a combustion interne est maintenant occupé par des énormes batteries Lithium-Ion intelligentes de 13 kWh qui peuvent avec un accessoire appelé « Power tank » être étendues a 16,3 kWh pour une autonomie annoncée respectivement de 259 et 325 km en ville et de 158 km et 198 km sur autoroute.

Clé a « on » est c’est le départ ! Pas de levier d’embrayage, l’entrainement est direct. Le moteur électrique s’occupe de tout avec la gestion électronique très sophistiquée du SR. Je vous avoue que l’absence totale de sonorité est déconcertante pour un motocycliste d’expérience. On a l’impression de… même pas, c’est déconcertant point final !
Mon sentiment de bébelle a batteries a duré exactement 30 secondes, le temps de prendre la route et d’accélérer pour joindre le flot du trafic. Oh ! Ça accélère bien et oh joie ! Le comportement est vraiment celui d’une moto. Je suis rassuré, ce n’est pas un jouet, mais bel et bien une moto pour la route. Quelques dizaines de kilomètres de parcourues et je suis a mon aise. Aux feux de circulation c’est vraiment drôle de voir la réaction des automobilistes lorsque j’arrête a coté d’eux. Y’en a même un qui a baissé le volume de sa radio et m’a ensuite regardé jusqu’à ce que le feu tourne au vert et je suis parti sans bruit.

Motocycliste.net utilise les équipements de communication SENA fournis par:

Ah oui ! J’ai oublié que le Zero est en mode économie d’énergie ! Jusqu’ici c’était plaisant, la puissance était correcte et ressemblait a une petite moto 500cc avec un peu de piment, juste assez pour ne pas s’ennuyer quoi. Sur une petite route de campagne, je décide de changer le mode de puissance. Ça fonctionne en roulant, passe en mode régulier et accélère a fond…
OH MON DIEUUUUUUUUUU ! La moto se cabre sur la roue arrière instantanément de façon si brutale que je coupe les gaz euh.. Rhéostat, bref l’accélérateur et appuie sur le frein arrière, le tout en moins d’une seconde ! OUF ! C’est PUISSANT cette moto ! Le couple est littéralement quadruplé a 116 livres pieds, je suis bluffé, complètement abasourdi.

Je recommence, cette fois avec douceur et je suis récompensé par une accélération digne d’une Hayabusa, mais avec encore plus de couple que la célèbre moto de Suzuki. Pardon vous dites ? Je ne vous mens pas chers internautes c’est un monstre de couple.

Dans cette configuration de puissance, le Zero SR se transforme littéralement en moto sportive de grosse cylindrée et le tout devient un plaisir fou a piloter. Le comportement routier et en courbes serrées ressemble étrangement a une Buell Lightning 1200. Direction ultra précise, mais ce petit quelque chose qui nous rappelle qu’il y a du poids dans le haut de la moto. C’est la seule explication qui me vient a l’idée au moment d’écrire ces lignes. Imaginez une lightning avec deux moteurs et vous comprendrez.

Le poids total de la SR est de 188 Kg (414 livres) ce qui est relativement léger et témoigne de son agilité. La suspension est par Showa avec fourches inversées a l’avant de 41 mm et un amortisseur de 40 mm a réservoir embarqué le tout avec 159 et 161 mm de course avant, arrière. Après un ajustement de précharge pour compenser ma corpulence quelque clics en compression et détente et j’ai trouvé un ajustement parfait pour mon style de conduite sportif/vieux bedonnant.

Les freins sont ABS par Bosch avec un disque semi-périmétrique et étrier J-Juan a double piston a l’avant et simple a l’arrière. Ce n’est ici la seule critique pas nécessairement négative, mais pas stellaire non plus. À l’arrière c’est correct, rien n’a redire, mais a l’avant, un effort considérable est requis pour faire réagir l’étrier avant. Le levier manque un peu de « feeling » et la modulation et parfois dure a établir. Des étriers plus performants et doubles disques à l’avant s’il vous plait Zero !

Une des raisons de l’excellente tenue de route du SR ce sont les pneus Pirelli Diablo Rosso, j’adore les pneumatiques moto de Pirelli. Joints a l’excellente suspension Showa (une fois bien calibrée) la Zero SR peut donner du fil a retordre a un super sport dans un circuit fermé jonché de courbes ça, je vous le garantit !

C’est seulement lorsque l’on pousse l’engin sur une longue ligne droite sur un circuit que l’on s’aperçoit des limitations du moteur radial a entrainement direct. La vitesse de pointe de ce petit bijou de moto électrique se limite à 164 Kmh. Dans le fond, c’est amplement suffisant pour s’énerver sur une piste et de se mériter un G.E.V. avec suspension immédiate du permis de conduire sur la voie publique. Alors ? Y’a pas de quoi se détourner de la Zero SR surtout qu’elle coute à peine 1,50 $ a rechargé pour une économie convertie en litre au 100 km variant de. 50 L au 100 en ville et de. 98 L au 100 sur autoroute !

Le seul point vraiment négatif c’est le temps de recharge de 8,9 heures lorsque les batteries sont à plat sur une prise standard de 110 volts. Par contre vous pourrez effectuer la charge de vos batteries aux bornes réservées a cet effet avec le module charge tank qui lui se « chargera » de recharger les batteries a 100 % en à peine 3 heures.
Toute cette technologie a un prix et dans le cas de la Zero SR, le pdsf est de 20 995 $ Aie ! Mais sachez qu’au Québec, les motos Zero sont reconnues pour un crédit « véhicule vert » de 2 000 $ ! Donc le prix réel est de 18 995 $. 19 000 balles c’est quand même assez dispendieux, mais si on regarde de cout total d’entretien et d’essence d’une moto a moteur a essence capable des mêmes performances… Hummm, ça commence a faire beaucoup de sens non ? Surtout, si on prend compte que le cycle de vie incluant les batteries de la SR est estimé à, tenez-vous bien : 583 000 Km !

J’aimerais remercier les gens chez Quapro Motosport de Mirabel pour le prêt de leur Zero SR 2017.
www.quadpro.ca
450-565-6000

PDSF : 20 995 $ —crédit « vert » 2 000 $ = 18 995 $

Les plus :

– Performances dignes d’un Superbike en accélération
– Le seul bruit c’est le vent
– Rouler 100 % vert
– Crédit vert gouvernemental
– Excellente tenue de route
– L’exclusivité (pour le moment)
– Excellents pneumatiques d’usine
– 100 % fun !
– Plaque verte = accès aux voies réservées : Bye bye trafic !

Les moins :

– Freins avant difficiles à moduler
– Temps de recharge (sans l’accessoire de recharge rapide en option)
– Vitesse de pointe limitée a 164 Kmh
– Autonomie limitée à de petites promenades ou l’aller-retour au travail

Ce diaporama nécessite JavaScript.